Quelques beaux poèmes sur l’amitié et l’amour…

beaux poèmes sur l'amitié

 

A M. A. T.

Ainsi, mon cher ami, vous allez donc partir !
Adieu ; laissez les sots blâmer votre folie.
Quel que soit le chemin, quel que soit l’avenir,
Le seul guide en ce monde est la main d’une amie.

Vous me laissez pourtant bien seul, moi qui m’ennuie.
Mais qu’importe ? L’espoir de vous voir revenir
Me donnera, malgré les dégoûts de la vie,
Ce courage d’enfant qui consiste à vieillir.

Quelquefois seulement, près de votre maîtresse,
Souvenez-vous d’un coeur qui prouva sa noblesse
Mieux que l’épervier d’or dont mon casque est armé ;

Qui vous a tout de suite et librement aimé,
Dans la force et la fleur de la belle jeunesse,
Et qui dort maintenant à tout jamais fermé.

Alfred de Musset

***

Amitié Fidèle

(Sur la mort d’Iris en 1654.)

Parmi les doux transports d’une amitié fidèle,
Je voyais près d’Iris couler mes heureux jours:
Iris que j’aime encore, et que j’aimerai toujours,
Brûlait des mêmes feux dont je brûlais pour elle:

Quand, par l’ordre du ciel, une fièvre cruelle
M’enleva cet objet de mes tendres amours;
Et, de tous mes plaisirs interrompant le cours,
Me laissa de regrets une suite éternelle.

Ah! qu’un si rude coup étonna mes esprits!
Que je versais de pleurs! que je poussais de cris!
De combien de douleurs ma douleur fut suivie!

Iris, tu fus alors moins à plaindre que moi:
Et, bien qu’un triste sort t’ait fait perdre la vie,
Hélas! en te perdant j’ai perdu plus que toi.

Nicolas Boileau, Poésies

***

 

L’Ami du voyage

Nous avons d’un seul cœur entrepris un voyage ;
C’était encore hier, à peine rencontrés.
Une voix nous souffla : « Tous deux, vous partirez
Ensemble partager la joie d’un seul sillage… ».

L’amitié nous porta vers d’inconnus rivages
Sur des flots incertains maintes fois chavirés.
Si nous voguions parfois, opposant nos beauprés,
Au port se retrouvaient nos mats au fil de l’âge.

Nos vies s’entrecroisaient aux sources de l’humain
S’attendant l’une l’autre à l’angle d’un chemin
Pour s’offrir tour à tour le miroir de soi-même.

Puis un funeste jour il ne resta qu’un seul…
Mais la voix de jadis lui dit : « Ton ami t’aime
Aujourd’hui comme hier. Ignore le linceul ! »

Jean-Charles Dorge, Variations sur le thème de l’amitié, 2013

***

Le grand destin

Ami, la liberté vaut mieux qu’une amourette.
Regarde cette mer sauvage, hardie et fière !
Regarde cette étoile filant dans le ciel :
Elles n’ont point d’attache et touchent l’infini.

Observe la montagne au sommet dans les nues,
Plonge-toi dans ce lac aux profondeurs secrètes,
Ecoute la nature en éveil dans les bois
Et dans les plaines sens les parfums de la flore.

La lumière divine est un cadeau pour toi ;
Mon ami, sache vivre en accord avec l’heure,
Lutte ! Ecarte de toi la gêne et la tristesse…
Profite sans périr des bonheurs passagers.

Ne gâche point ta vie par de fatals regrets.
Méprise le chagrin : Le véritable amour
Fait vivre et non mourir. Perds et regagne ailleurs.
Pleure et noie ton chagrin, enivre-toi du monde.

Si l’on aime, sois gai ; sinon chante en toi-même.
Si les hommes sont ternes ou méchants ou bêtes,
Reste seul si tu dois, résiste comme un roc
Et renais au printemps plus fort grâce aux hivers.

Ami, la liberté vaut mieux qu’une amourette.
Regarde ce grand chêne au milieu du bosquet,
Qui affronte les vents sans plier de la tête :
Il trempe dans le sol et nage au firmament.

Ami, pars et découvre, ici comme là-bas,
Et toi comme au dehors, partout comme au-delà,
Tout ce qui vaut de vivre et toujours fait renaître.
L’avenir t’appartient. Sache par où le prendre.

Jean-Charles Dorge, Promenade poétique